Organisateurs

L’ANACT, Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail, fondée en 1973 est un établissement public administratif dont l’objectif est d’aider les entreprises à mettre en oeuvre des démarches qui permettent d’améliorer à la fois l’efficacité des organisations et la situation des salariés. L’ANACT développe des projets innovants touchant au travail. Elle constitue avec les 26 associations régionales pour l’Amélioration des Conditions de Travail (ARACT) un réseau présent dans toute la France.

L’Institut Confluences, ancré en Rhône-Alpes réunit autour du fait industriel et de sa dimension sociétale le monde économique, l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’ensemble des acteurs de la société civile. Il est résolument tourné vers l’international. Espace inédit de réflexion, de circulation d’idées et de propositions, l’Institut se donne pour mission de promouvoir des actions autour de la connaissance de l’industrie, de son développement et de ses évolutions.
Organisme indépendant, il émane du Conseil économique, social et environnemental régional et dispose d’une gouvernance propre.

Le CESER, l’assemblée consultative régionale, contribue à l’expression de la société civile en Rhône-Alpes. Elle est placée auprès du Conseil régional, organe délibératif, et de son président. Le CESER est un lieu unique d’échanges et de dialogue, une force permanente d’analyses et de propositions, destinés à exprimer une vision, partagée avec les acteurs de terrain, des enjeux fondamentaux pour la région et ainsi à éclairer le choix des décideurs politiques pour l’avenir des rhônalpins.

La direction générale Emploi, Affaires sociales et Inclusion collabore avec les autorités nationales, les partenaires sociaux, les organisations de la société civile et d’autres acteurs afin de relever les défis de la mondialisation. Par son action, la direction générale poursuit notamment les objectifs suivants : des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, grâce à la stratégie européenne pour l’emploi ; l’amélioration des conditions de travail, grâce à l’adoption de normes communes minimales sur le lieu de travail, à la promotion et au développement du dialogue social au niveau européen, à la modernisation des relations syndicales.